Validateur de code JavaScript

Il existe de nombreux outils de validation pour différents langage mais le JavaScript en est assez peu pourvu. C'est pour cela que je vous parle de JsLint. Il permet de vérifier votre code JavaScript. Cet outil a été créé par Douglas Crockford, qui est notamment connu pour avoir participé à la conception du langage JavaScript et le créateur du format JSON.

Cet outil disponible en ligne prend en entrée votre code JS et vérifie un ensemble de règles / bonnes pratiques de développement et vous liste les erreurs.

Un outil indispensable afin d'avoir du code propre et clair. De plus, il m'a permis de découvrir des règles comme utiliser le comparateur d'égalité === au lieu de ==. En effet, le comparateur == n'effectue pas de conversion ce qui peut amener à quelques résultat surprenant :

1 == "1"; // true
false == " \n\t "; // true
[[],[]] == true; // true

A noter, qu'il existe des plugins pour les principaux IDE :

Il existe également un autre outil, JavaScript Lint. Basé sur JSLint, celui-ci a l'avantage de pouvoir être utilisé en ligne ou installé sur sa machine.

Voici un petit guide en anglais des messages d'erreur remontés par JSLint. Celui-ci n'est pas encore complet, mais il permet de mieux comprendre certaines règles.

Pour la route, quelques liens en français et en anglais sur les bonnes pratiques de développement en
JavaScript :

Ajouter à la librairie de média des fichiers transférés par FTP

WordPress inclus un gestionnaire de média. Le problème est que celui-ci ne voit que les fichiers qui dont uploadés via l'upload de fichier de wordpress. Sur les pages perso free, la limite de la taille des fichiers uploadable est de 2Mo ce qui limite grandement cette fonctionnalité. De plus, l'upload de nombreux fichiers peut se révéler rapidement fastidieux.

La solution consiste à uploader ses fichiers sur le serveur via FTP. Malheureusement, les fichiers ne sont alors pas disponible dans le gestionnaire de médias. On ne peut donc pas utiliser l'interface de wordpress pour ajouter ces fichiers sur un post.

Voyons comment les ajouter dans la librairie de média !

Pour cela, j'ai trouvé l'extension add from server. Celle-ci rajoute une entrée dans le menu Médias > Add From Server ainsi que dans la pop up d'import de média dans un article.  Ma liste des fichiers de votre serveur est alors affichée, il suffit de sélectionner les fichiers à importer et cliquer sur Importer. Vos fichiers sont alors disponible dans votre gestionnaire de médias !!

NB : L'extension WordPress Flash Uploader contient une fonctionnalité Sync Media Library qui permet de synchroniser la libraire avec le répertoire d'upload. Malheureusement, j'obtiens une erreur de d'allocation de mémoire :( . Je ne peux donc vous dire si cette extension fonctionne bien ...

Techdays 2011

J'ai eu la chance de monter sur Paris les 8 et 9 Février pour assister aux Techdays 2011 ! Cette année était très (trop ?) axé vers la solution de Cloud Computing de Microsoft, j'ai nommé Azure.
Voici la liste des sessions auxquelles j'ai assistées :
  • Améliorer les performances web : les optimisations côté client (la présentation était super intéressante (non spécifique .NET) et est disponible ici)
  • Développer des interfaces réactives avec WPF4
  • Développer efficacement vos applications // en C#4. Cette session parle de la nouvelle librairie TPL (Task Parallel Library) afin de développer facilement en parallèle.
  • WCF Ria services de A à Z
  • Industrialiser le développement avec Silverlight 4 et RIA Services. Session très intéressante en terme d'industrialisation. Un framework basé sur ce retour d'expérience est en cours et semble très prometteur.
  • Booster votre productivité sous visual studio 2010
  • Accélérer vos développements web grâce aux frameworks, toolkits et application
  • Accessibilité du Web 2.0 avec HTML5 et Silverlight. Microsoft fait des efforts concernant les standards et l'accessibilité et ça fait plaisir. Ils sont sur la bonne voie !!

L'ensemble des sessions devrait être disponible d'ici peu en webcast.

Styler un header en HTML5

Il y a peu, j'ai voulu découvrir les nouveautés qu'apporte HTML5. Au niveau des nouveautés, de nouvelles balises sont ainsi apparues permettant d'avoir un contenu plus sémantique.

J'ai alors remplacé ma balise <div id="header"> par la nouvelle balise <header> dans mon code html et remplacer #header par header dans mon code CSS. Malheureusement, le styles définis ne fonctionne pas. Après quelques recherches, il s'avère qu'il faut définir au navigateur comment interpréter cette balise. Il en est de même pour les nouvelles balises footer, aside, nav et article.

Si vous souhaitez que ces nouvelles balises soient interprétées en tant que bloc il faut définir le style suivant :

header, footer, aside, nav, article {
displayblock;
}
 

Activer la surveillance de la bibliothèque dans Banshee

Banshee est un lecteur multimédia (musique / vidéos / audiobook). Il devrait devenir le lecteur audio par défaut d'Ubuntu à partir de la version 11.04, Natty Narwhal. Je viens de l'installer depuis quelques temps afin de le tester.

J'ai remarqué qu'un des reproches régulièrement fait à Banshee est qu'il ne permet pas la surveillance de la médiathèque. Banshee supporte cette fonctionnalité mais sous forme d'extension. Il faut juste savoir où chercher ;)

L'activation se fait via Préférences > Extensions > Utilitaires > Observateur de bibliothèque.

Activation de l'observateur de médiatheque dans Banshee

Docky

Docky est un dock, comme disponible sous Mac OS X. Il est développé en C# et fonctionne donc via mono, l'implémentation .NET sous linux. Son utilisation permet de se substituer à un tableau de bord.

Installation

Docky est disponible dans les dépôts d'Ubuntu, mais pour une version plus à jour, on privilégiera l'installation via son PPA.

Ajouter le PPA via la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:docky-core/ppa

Installer docky en cliquant ici ou via la ligne de commande suivante :

sudo apt-get install docky

Configuration

Le lancement de l'application se fait via le menu Applications > Accessoires. Docky s'utilisant en remplacement d'un panel, le plus simple est de le lancer automatiquement au démarrage de la session. Pour cela, allons dans les paramètres de docky en cliquant sur l'ancre rouge ou via clic droit puis Préférences.

Le lancement automatique se fait en activant "Démarrer lorsqu'un utilisateur se connecte" dans l'onglet Docks.

Par défaut, le dock ne prend pas toute la place en largeur. Afin d'avoir un comportement identique à un tableau de bord, il faut activer l'option mode tableau de bord.

Parametres de Docky

Docky supporte les thèmes, et il est possible de configurer le type de masquage, la taille des icônes, ...

Il est également possible d'ajouter à la liste des applications lancé des docklets, petits widget comme :

  • Gmail
  • Corbeille
  • Afficher le bureau
  • ...

Configuration des docklets

Docky supporte également des greffons qui permettent d'ajouter des fonctionnalités au dock ou au applications lancé comme :

  • le contrôle de Rhytmbox/ Banshee,
  • l'affichage du taux de transfert de transmission
  • Gestion du statut et disponibilité sous Pidgin
  • ...

Voici un petit screenshot de mon Docky pour finir :

Aperçu des nouveautés de Maverick (10.10)

Vous n'êtes pas sensé savoir que la prochaine version d'Ubuntu Maverick Meerkat sortira d'ici peu, le 10 Octobre 2010, ou "Perfect 10" comme Mark la surnomme. Voyons un peu quels sont les nouveautés apportés par cette nouvelle version.

Thèmes / Fond d'écran

Voici le nouveau fond d'écran par défaut apparu dans la version bêta. Celui ci a été l'objet de vives discussions dans la communautés. Pour le moment, on ne sait pas si celui ci restera pour la version finale.

Maverick_Wallpaper

Le thème a été retouché (nouvelles icônes pour le dossier personnel et les flèches de navigation, barre de scroll, boutons, ...)

Nouvel applet de son

Un nouvel applet de gestion du son a fait son apparition avec la possibilité de contrôler Rhytmbox et d'avoir des informations sur la piste en cours comme on peut le voir sur l'image ci dessous.

Unity

Unity est un nouvel environnement de bureau développé par Canonical dédié aux netbook. Unity propose un nouveau panneau et lanceur d'applications à retrouver à gauche de l'écran. Le but étant de gagner en espace pour sur les petits écrans. Cette interface est proche de ce que pourra proposer Gnome Shell. Je n'ai pas pu testé cette nouvelle interface n'ayant pas de netbook.

Software center

La Logithèque Ubuntu poursuit son évolution avec au programme :

  • Gestion d'application payante,
  • Sélection des meilleures applications
  • Historique des installations
  • Amélioration du design

Shotwell

Le gestionnaire de photos par défaut est maintenant Shotwell qui remplace F-Spot.

Divers

Voici en vrac les autres améliorations de cette version :

  • Support du format de fichier btrfs (Possibilité de le choisir manuellement dans le processus d'installation)
  • Gnome en version 2.32 (La version 3.0 sera finalement disponible en 2011 comme quoi la décision de ne pas intégré Gnome Shell par défaut dans 10.10 n'était pas si mauvaise que cela (jugée trop jeune))
  • Amélioration de la consommation mémoire
  • Amélioration d'Ubuntu One (processus d’enregistrement du compte et d’authentification). La synchronisation des fichiers est plus rapide et l’ensemble est mieux intégré au bureau d’Ubuntu).
  • Et bien sur vos logiciels favoris dans leur dernière version

Conclusion

Cette nouvelle version d'Ubuntu s'annonce encore être une bonne cuvée. On pourra cependant regretter que certaines améliorations annoncées (nouvelle police, windicators, thème sonore...) soit finalement repoussé à Natty, la version 11.04.

Pinta

Pinta est un logiciel de retouche d'image qui se veut être un clone du logiciel Paint.net existant sous Windows. Il se veut plus simple d'utilisation que GIMP, le logiciel d'image de référence dans le monde du libre.

Fonctionnalités

Pinta est actuellement en version 0.4. Voici la liste des fonctionnalités supportées par cette version :

  • Gestion des calques
  • Outils de dessin (pinceau, crayon, forme, baguette magique ...)
  • Effets (Noir & Blanc, Sépia, ...)
  • De nombreux filtres (flous, bruit, distorsions, Rendu, ...)
  • Gestion de l'historique de modification vous permettant d'annuler/ré-appliquer vos modifications.

La version 0.4 apporte les nouveautés suivantes :

  • la possibilité  d'enregistrer au format BMP, ICO et TIFF
  • Support du format de fichier OpenRaster (.ora), un format bitmap simple multi-couches compatibles avec Krita, MyPaint, et GIMP (avec un plugin).
  • Meilleure intégration dans GNOME
  • Amélioration de l'outil de texte
  • Support de 18 langues dont le français
  • Corrections de bugs

Installation

Pinta est installable via un PPA pour Ubuntu pour les versions Karmic et Lucid. Ajouter le PPA via la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:moonlight-team/pinta

Installer pinta via la commande suivante :

sudo  apt-get update && sudo apt-get install pinta

A noter que Pinta est disponible pour Windows, Mac et Linux (.deb et .rpm).